La Cité des Anges est à feux et à sang. A vous de choisir votre camp! Bon jeu!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le "Highway To Hell", discothèque huppée

Aller en bas 
AuteurMessage
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 29
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Le "Highway To Hell", discothèque huppée   Lun 29 Déc - 23:37

Arrow At home

La queue devant la boîte est longue de plusieurs dizaines de mètres. A vrai dire elle fait tout le long du trottoir, donc presque 80m. Quand la Lotus longe tous ces visages bleuis par le froid, Walter ne peut s'empêcher d'évaluer la probabilité de tous ces gens de pouvoir entrer dans le Highway To Hell; elle était proche de zéro pour la plupart. Walter explosa de rire dans l'habitacle; en fait ce n'était pas la plupart, mais la quasi-totalité qui resterait à se cailler les girolles. Il ralentit la voiture pour que tous le regardent bien passer, c'était la première partie de son entrée.

Ambiance: Inside Man


Walter gara la Lotus dans le parking VIP, sous l'oeil vigilant d'un gardien armé d'un pétard. Le tueur savait parfaitement que ce dernier gardait un fusil à pompe dans sa guérite. Ordre de la direction.
Il contourna toute la queue, marchant d'un pas égal en direction de l'entrée, sous les sifflets et les insultes de ceux qui attendaient depuis plusieurs heures déjà. Il arriva devant le videur, un colosse noir qui le dépassait d'une bonne tête. Le videur cliché qui impressionne bien son public. Il poussa le mec qui attendait son tour et se planta devant l'Hercule en costume sombre. Ce dernier regarda Walter à travers ses lunettes noires, hocha sa tête massive et poussa la porte d'entrée du club. Une explosion d'imprécations et de jurons se produisit, et Walter ne put s'empêcher de sourire.
A l'intérieur, tout était différent.


Ambiance musicale: Zion - Fluke


La musique parut vouloir envoyer les tympans du tueur sur une autre planète. Il n'était pas adepte de ce genre de titre, sauf si de jolies fesses remuaient dessus. Le Highway To Hell portait admirablement bien son nom, car il appartenait à un parrain du milieu, et c'était là qu'il y rencontrait souvent son contact pour lui proposer des cibles. Walter se dirigea immédiatement vers l'escalier menant au carré VIP, où la musique était moins assourdissante et les consommations plus chères (je ne parlais pas que de l'alcool...). Un homme d'une quarantaine d'année était assis dans un canapé, écoutant docilement plusieurs encravatés qui semblaient inquiets de se trouver là. Walter attendit patiemment que ceux-ci en ait fini, les deux mains posées sur la rambarde et le regard scrutant la foule des danseurs. Une jeune femme, presque une fille, s'approcha de lui.

<<Vous êtes là pour la fête?
-Non, je viens voir le chef, mais les Jehovah me coufflent.
Elle se retourna vers les interlocuteurs. Effectivement leur tenue rappellait les costumes des démarcheurs, Témoins de Jéhovah y compris.
-Je crois vous avoir déjà vu ici, ce n'est pas votre première visite?
Walter lâcha la rambarde.
-Police?
-Intéressée.
Walter prit le temps de regarder la fille. Sa robe épousait parfaitement ses formes, dénudant son dos et masquant pudiquement l'essentiel. En dehors de ça, c'était un vrai canon.
<<Si l'entretien se prolonge encore d'une dizaine de minutes, je vous proposerais bien de passer un peu de temps ensemble, à l'écart, dit-elle en venant carrément se coller au tueur. Je suis sûre qu'ils en ont pour des heures...
-Alors je passerai des heures là, devant cette rambarde. Je suis pas intéressé, allez chauffer un autre type, j'ai du boulot. J'aime pas les filles faciles, le prenez pas mal.

La fille fit une moue boudeuse, vexée d'être larguée de cette façon. Elle tourna les talons et dans un déhanchement sensuel, chercha une autre cible. Walter soupira; il n'avait couché avec aucune femme depuis qu'il portait ce pseudonyme. Parole d'homme. Il tuait, violentait, se droguait, buvait, mais il avait des principes sur les femmes. Et la musique, mais c'était différent.

-Walter! Ce dernier se retourna. Le patron. Prenez donc place, je suis désolé de vous avoir fait attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 29
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Re: Le "Highway To Hell", discothèque huppée   Sam 10 Jan - 0:15

<<...Vous savez, vous devriez desserrer les mâchoires de temps en temps, tenter de nouer le dialogue avec le genre humain...
-Et me faire balancer à cause de confessions sur l'oreiller, non sans façons.

Il s'assit. L'homme en face de lui croisa les jambes. Il avait une présence, fallait lui accorder ça, même s'il n'avait pas une barraque de videur. Walter se tortilla dans le fauteuil inconfortable, cherchant LA bonne position pour oublier les bosses du dossier. Ce n'était pas anodin: mal assis, les quémandeurs étaient moins à l'aise, et pour les plus prétentieux qui se tenaient bien droit au fond du fauteuil, le menton haut, ils en étaient pour leurs frais, car c'était justement dans cette position qu'on souffrait le plus. Le tueur choisit donc de se tenir sur le bout du fauteuil, avant-bras sur les genoux. L'homme décroisa les jambes et se pencha en arrière, arborant un sourire satisfait.

-Bien, patron, j'ai l'information que vous vouliez. Connelly était une enflure, il s'en est foutu plein les poches sur votre dos en traitant avec d'autres personnes. Le Jack que vous cherchiez était son pricipal contact je pense. Il était au téléphone avec si vous voulez tout savoir, il a prononcé plusieurs fois son prénom. Mais il y a une possibilité que Jack ne soit qu'un lien, qu'il y aie quelqu'un au-dessus.
-Pourquoi?
-Une impression...il m'a semblé que Connelly parlait de "quelqu'un d'autre". Pas d'autres infos, désolé.
-Bien bien bien...et Connelly lui-même?
-Mort. Un pruneau dans le dos, simple et efficace. Pas de traces.
Le souvenir d'un Jack ensanglanté traversa son esprit. Espérons qu'Alice n'aie pas lésiné sur la Javel.
-Y avait-il de l'argent chez lui?
-Pas un cent. Il devait le garder autre part. Il vit l'homme changer subtilement d'expression. Ou alors c'étaient les éclairages. Je sais que vous n'avez aucun moyen de me croire, ou de me faire confiance, mais je vous jure que j'ai aucune idée d'où il planquait son pognon.
-Je vous crois...ou plutôt je suis forcé de vous croire, de par le fait. Et en parlant d'argent...
Il claqua des doigts, et un type sortit de l'ombre avec une petite mallette.
<<Je sais que c'est très cliché comme contenant, mais voici votre rénumération. Pour vos deux derniers contrats. Je suis très content de vous, et j'avoue me demander ce qui vous a fait quitter New York.
C'est la première fois de la conversation où Walter ne se sentit pas à son aise. New York, c'était le vrai Enfer pour lui, plus que cette boîte au nom provocateur. Il préféra éluder l'allusion.
-Est-ce que vous avez besoin de moi?
-Oui. Vous reprenez la piste Jasnel. Cette petite merde repousse ses versements depuis des mois, et ça me met dans une position délicate. Voyez vous Walter, en agissant ainsi Mr Jasnel me discrédite en me faisant passer pour un mou; il me prend pour un con, et un homme dans ma position ne peut pas se permettre de passer pour un con! Son visage s'animait pour la première fois. Alors quand vous verrez ce pouilleux, ce ne sera pas comme pour Connelly: vous allez faire souffrir ce chien, et de telle façon qu'il espère mourir à chaque seconce!
Les yeux de Walter brillèrent; il attrapa la mallette et la ramena vers lui.
-Comptez sur moi. Je ne suis pas le meilleur, mais je fais tout pour mériter mon pognon.
-J'en suis sûr...A propos, avez vous fait attention aux hommes avant vous? Il faudra peut-être s'en charger après...
Walter se leva, imita un simulacre de salut militaire avec deux doigts et un sourire entendu, et descendit du carré VIP.
**Jasnel...sur un tel contrat, aucun risque de retomber sur l'autre pique-assiette. Hin hin hin...**

Arrow Comme un avion sans ailes...(pardon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le "Highway To Hell", discothèque huppée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cubes "bouillon dégraissé"
» "Normandie impressionniste 2010".
» master 2 "monde du livre" à aix
» 5e Festival "Les Sauterelles Vertes"
» La "Pierre de Caen"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.A. Rescue :: Los Angeles :: Commerces, bars, restos...-
Sauter vers: