La Cité des Anges est à feux et à sang. A vous de choisir votre camp! Bon jeu!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Centre-ville-Appartement Dolphaine

Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Dolphaine
Futur Bavard
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Centre-ville-Appartement Dolphaine   Dim 28 Déc - 18:59

La porte claqua et la bouffée d'air chaud que le chauffage avait créé fit frissonner la jeune femme dont le nez était rouge de froid, à tâtons sa main chercha le bouton de la lumière. Lorsque lumière fut le décor de l'appartement apparut. Situé en plein milieu de la ville, dans l'un des nombreux gratte-ciel de la ville toutes les fenêtres étaient à cette heure-ci recouverte par des rideaux épais. En journée c'était des vitres sans teins qui empêchait quiconque de l'extérieur d'apercevoir l'intérieur, de nuit le tissus était encore le meilleur gilet de sauvetage. Par un geste qui relevait de la monotonie Alice se dirigea vers le frigo vérifia que son système anti-intrus était encore en place [une simple mine de critérium coincé, dans la charnière] elle ouvrit la porte pour se servir de quoi boire, la bouteille en main elle préféra boire directement au goulot trop assoiffée. Repu elle se dirigea vers les toilettes, en vérifia la cuve par un stratagème identique que celui de la cuisine, elle revint rapidement dans le salon et vérifia le dessous de table pour finir elle passa par la salle de bain et le dessous du lit de sa chambre.
Certain l'aurait cru parano mais elle n'était jamais assez prudente, trempant dans les milieux de la pègre jusqu'à s'y noyer Alice savait parfaitement comment pénétrer chez quelqu'un sans déclencher d'alarme ni alerter les voisins, quoiqu'ici alerter les voisins serait difficile alors pourquoi ne serait-on pas capable de faire la même chose chez elle ? Une constatation qu'elle s'était faite voici 3 ans de cela lorsqu’elle avait fait sauter le quartier général du chef de bande d'un des nombreux quartiers espagnols. Cet imbécile de chef n'avait pas voulu faire affaire avec elle et pire l'avait menacé, il était mort à présent et son successeur n'avait pas commis la même erreur que lui.
Alice se dirigea de nouveau vers sa porte d'entrée et s'y déchaussa, pied nu elle retourna en cuisine, son appartement était coquet, rideaux accordés au tapis, une ambiance plutôt moderne, dans la cuisine un grand comptoir américain était décoré de nombreuses plantes vertes séparant l'endroit ou se trouvait Alice de la pièce à vivre, une pièce assez grande qui se révélait spacieuse et lumineuse [cela ne pouvait se vérifier que le jour...] où trônait une grande chaine hifi, Alice l'alluma d'une pression sur une télécommande, rapidement une musique s'éleva, "Hysteria" de Muse. Suivant le rythme de la batterie Alice se mit à hocher de la tête. Sur les murs d'où provenait la musique on trouvait quelques tableaux que leur ancien propriétaire avait déclarés volé.
Depuis son arrivé à Los Angeles Alice s'était créer un endroit où vivre était agréable, un endroit surtout ou parfois elle essayait d'oublier son boulot dans a pègre mais oublier qui on est ne dure jamais plus d'une seconde.
Dans la cuisine, les poivrons grésillaient dans la poêle pendant qu'Alice finissait le restant de sa bouteille au goulot. Rattrapant la goutte qui s'enfuyait sur ses lèvres Alice repensa à la matinée, il lui fallait plus d'infos sur ce qu'il s'était passé le matin...


-Pas de boulot à la maison Alice!

Une phrase qui n'avait pas vraiment de sens en ces lieux ou l'étage du dessous logeait la plupart de ses informateurs les plus précieux. D'ailleurs....Déposant la bouteille vide sur le comptoir Alice tira son portable et appuya sur une touche, un numéro enregistré s'afficha et le destinataire ne mis pas plus d'une sonnerie à répondre.

-Tony, renseigne-toi sur Jack et dis-moi ou en est son état, s'il a besoin d'aller à l'hôpital je l'emmènerais demain...Non, non je le ferais j'ai à parler avec lui....Oui sinon prends tes clic et tes clacs et dépêche toi de grimper j'aimerais que tu m'expliques ne quoi consistes ton nouveau coup, si j'ai bien compris tu voudrais....Oui oui je sais, pas par portable alors monte rapidos !

Le portable fut éteint rapidement et balancé sur la table, sur le grill les poivrons était prêt, sans attendre plus Alice se mit à manger directement dans la poêle se servant d'une fourchette. Ella avait à peine finie de manger qu'on frappa à la porte.

-Code !

Quelques tintements de clochettes se firent entendre puis la porte se débloqua automatiquement. Ces digicodes étaient vraiment efficace, la porte se referma et le nommé Tony s'avança, plutôt grand il aurait pu être bel homme si son amour pour les ordinateurs n'avait pas été aussi grand, la caricature parfaite du vieil ado boutonneux Geek. Des lunettes épaisses, un reste d'acné mal traité et un tee-shirt de son groupe préféré dont les coutures semblaient pouvoir craquer à tout moment. Habitué à se trouver ici l'homme se dirigea directement vers son coin, le seul endroit de la pièce à vivre à être encombré de fils et d'écrans de toutes tailles. Il se plaça sur le siège et effleura le clavier, rapidement les écrans s'animèrent ainsi que le visage de Tony qui semblait ravi comme un gamin à qui on donne une friandise. Alice soupira et se contenta de déposer la poêle et l'assiette dans l'évier.

-Je t'écoute Tony
-Ecoute-ça Cuistot !

Alice soupira devant l'utilisation du surnom, on ne la lâcherait jamais avec se stupide surnom ! Tony tapota sur son clavier et une image apparut bientôt sur un écran à part, bien placé pour qu'Alice puisse le voir.

-Je te présente notre future cible !
-Lui ! Comment veux-tu le faire tomber ? Il est trop aimé ! Trop...médiatique, bien placé trop haut pour que j'y touche !
-Attend! Attend ! Cuistot, écoute-ça, tu te rappelle du cinglé en père noël qui est allé liquide son ex et toute sa petite famille ?
-Comment ne pas l'oublier ! Déjà que pendant que les fêtes les flics sont partout là j'ai presque cru que j'arriverais jamais jusqu'à la maison ce matin.

Écoutant le baragouinage de l'homme aux ordis sur les flics, les pères noël déguisé, la connerie commerciale de noël, d'une oreille Alice alla s'assoir dans le canapé de façon à toujours être dans l'angle de l'écran.

-Enfin bref avec tout ce remue-ménage on peut quand même réussir à tirer notre carte du jeu ?
-Et comment ?
-Bon notre cible est bien trop haut placé mais justement, avec tout ce désordre le petit public est effrayé et redoute les méchants..
-C'est mauvais pour nous ça je te signale !
-Pas sous mon angle !
-Et ton angle ?
-On va le faire tomber !

La passion soudaine de l'homme fit sourciller Alice qui le fixa longuement avant de se retourner vers l'écran, après tout pourquoi pas, il fallait juste trouver une autre façon de le discréditer à nouveau quelque chose contre lequel il luttait, il fallait frapper fort, effrayer encore plus les citoyens de Los Angeles.

-Qu'est-ce que tu proposes ?
-Avec le coup du père noël les habitants craigne pour leur sécurité, imagine un peu qu'on leur donne raison...une petite vague de crime, un ou deux vols à main armé dans des banques connus, faire monter la tension dans L.A.
-Avec toute cette surveillance ? Tu veux m'envoyer au coupe-gorge Tony !
-Réfléchis Cuistot, avec tout les petits subordonnés que tu as tu réussiras quand même à faire trembler notre cible et pour le faire tomber on l'attaque personnellement avec un détournement de fond ?
-Comte off-shore aux caraïbes plutôt avec cette crise il serait logique de retirer des sommes importantes de ses banques...même celle à l'étranger ?!
-Et là un petit e-mail au fisc !
-Tu serais capable de faire ça sans laisser de traces ?
-Tu me déçois je pensais que tu me faisais plus confiance !
-Oh toi avec tous tes groupes de rock d'ados on ne sait jamais quoi penser !
-Les Jonas brother n'est pas un groupe pour ado ils font...
-Va t'occuper de ce qu'on à dit !

Tony regarda son tee-shirt ou les trois bonshommes étaient déformés par l'amas de graisse, il lança un regard qui se voulait noir à Alice mais se hâta de sortir quand elle le fixa à son tour, les mains sur les hanches aux côtés de la porte. Alors qu'il passait devant elle, la jeune femme lui agrippa l'épaule.

-Tu ne m'as pas dit dans quel état était Jack ?
-Il va bien, une bonne migraine mais il a déjà envie de retrouver ce fils de pute !
-Pas de grossièreté !
-Me dis pas que tu l'apprécie ?[/color]
-Apprécier un abruti qui m'a bousillé toute une matinée ? C’est mal me connaitre !
-Jack sera remis sur pied demain au pire après-demain....
-Barres-toi mais n'oublie pas ce que je t'ai demandé !

L'homme se dirigea vers la porte et la claqua son pas lourd se répercuta dans la cage de l'escalier, Alice soupira en se demandant dans combine de temps elle devrait se défaire de lui ? Peu probablement...Retournant le pas trainant dans le salon elle éteignit toutes les lumières avant de se diriger vers la salle de bain, l'eau chaude coula et remplit rapidement la large baignoire. Plus tard dans son lit, glissée sous une couette épaisse Alice repensa à celui qu'elle allait gruger....Il était plutôt agréable à regarder et s'il était de caractère identique à tout les hommes politiques elle pourrait peut-être l'aborder d'un peu plus près. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Centre-ville-Appartement Dolphaine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.A. Rescue :: Los Angeles :: Les quartiers-
Sauter vers: