La Cité des Anges est à feux et à sang. A vous de choisir votre camp! Bon jeu!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quartier pourri - Appartement de Walter

Aller en bas 
AuteurMessage
Walter
Bavard Patenté
Bavard Patenté
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 24/08/2008
Age : 29
Localisation : Du mauvais côté de la thalassa

MessageSujet: Quartier pourri - Appartement de Walter   Sam 20 Déc - 15:15

Arrow Matin chagrin?



La voiture fut promptement garée dans le garage de l'immeuble. A cette heure il n'y avait personne, tout le monde était parti au travail. Ce quartier était habité par des ouvriers, des employés de cette nouvelle catégorie qu'on appellait "travailleurs pauvres". De pauvres bagnoles conduites par de pauvres types et nanas écrasés par leurs pauvres cons de patrons. La Lotus ne dénotait pas du tout, après tout l'un des voisins avait une vieille Jag' aussi sale. La crise des subprimes début 2007 avait chassé les moins lottis vers des immeubles vieillots tels celui-ci, et Walter l'avait choisit pour cette raison: calme, pas cher, et on risquait pas de s'y attacher donc pas de raisons de pleurer en le quittant précipitemment.

Son étui à fusil dans la main, les clefs dans l'autre, le tueur monta les escaliers et arriva devant son appartement. Le numéro avait jadis existé, mais c'était César et pas Bush qui contrôlait le monde à ce moment. Il entra.
Le papier peint était passé, les vitres étaient sales. Pas de photos, pas de tableaux, rien de personnel. Ce n'était pas un cocon protecteur, juste un refuge pour pauvre type qui partait en vrille. Il posa le fusil contre le mur en attendant de le nettoyer. Pas de messages à écouter, car pas de téléphone fixe. Un ordinateur portable en veille sur une vieille table, et un aimant dégotté dans une casse pour flinguer le disque dur en quelques secondes. La cuisine, vallait mieux même pas en parler...
Walter s'assit devant l'écran et lui redonna la vie par une poussée sur la souris; le fond d'écran était noir. Pas plus de vie sur la toile que de vie réelle. Cet ordinateur servait juste pour ses mails pour le boulot, et pour stocker de la musique et des films. La plupart, il les avait oublié, car il se shootait avant de les regarder. Il lança "emule" et réfléchit un moment. Il avait une idée en tête. Il fit une recherche sur une certaine chanson, qu'il mit sur un CD vierge dès qu'elle fut chargée. CD qu'il mit dans sa veste.

Il prit deux cachets de sa pharmacie et se fit une injection d'un produit contre l'épilepsie. Il s'écroula dans le fauteuil défoncé et ferma les yeux.


**New York, juillet 2004.
Il est 23h et des poussières. Brian Dougherty rentre chez lui après sa ronde qui l'a mené à l'hôtel de passes de la 41ème rue. Il est fatigué, et le tonnerre d'un orage de chaleur retentit irrégulièrement dehors. Sa femme et ses filles sont chez ses beaux-parents, au cas où. Il a pas été très réglo. Un peu de rouge sur un col de chemise, et tout fout le camp. <<Tout le monde le fait, et tout le monde prend l'air cul pincé quand on en parle!>> a-t-il beuglé au bar la veille. Il jette ses clefs sur la commode et se gratte l'entrejambe. Décidément la petite polonaise, elle a beau être mineure...bref. Brian n'aime pas qu'on le juge, lui aussi a ses problèmes. Rien que deux semaines avant il a eu une embrouille maximale. Un contrôle qui a mal tourné, et la paperasse a été duraille; pauvres gosses, fallait pas résister...Il essaie d'allumer, mais l'interrupteur ne marche pas. Un frisson le parcourt lorsqu'il entend la porte de la cuisine grincer sur ses gonds derrière lui. Sa gorge se serre lorsqu'un cylindre froid se pose sur sa nuque.

Une voix grinçante lui dit qu'il va mourir parce qu'il le mérite. Le tonnerre répond par un roulement qui fait trembler les vitres. La voix lui dit qu'il a fait une erreur, et que des gens sont morts par sa faute. La voix se tait, et Brian sait de qui il s'agit. Il s'est réveillé, ô mon Dieu il s'est réveillé. Il sent des larmes lui monter aux yeux. Il regrette d'avoir tout foiré. Il en appelle à Dieu pour le pardonner. Il regrette de ne pas avoir dit à sa femme qu'il l'aimait plus que tout, et pas avoir passé plus de temps avec ses filles au lieu de rester à boire avec ses collègues policiers ou aller au bar à prostituées. Il l'aime et voudrait que ce type, qu'il n'a connu que quelques minutes avant de lui détruire son existence, il voudrait qu'il....il entend le chien de l'arme, le tonnerre retentit comme un roulement de tambour...ô Rose je....
PWAM.**


Walter se réveille en sursaut. Il se met sur ses deux jambes et de rage envoie son poing dans le mur. Du sang coule. A la place de la tête du flic, sa première victime, il a vu l'espce d'un instant la figure de la fille de la villa de Connelly.

Arrow Sur la brèche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quartier pourri - Appartement de Walter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie au Hazegras d'Oostende
» Le Havre : Le Musée-Appartement témoin (76).
» Quartier Balzac
» quartier parcde la colombiere
» Echanger un appartement Toulouse-paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.A. Rescue :: Los Angeles :: Les quartiers-
Sauter vers: